Parcours subjectif dans les enjeux des digital humanities

20 juin 2010
Par

Il y a tout juste un mois se déroulait le THATCamp Paris 2010. Les deux journées de discussions et de débats se sont conclues par la rédaction et l’adoption d’un Manifeste des digital humanities, qui peut être consulté (et signé) sur le carnet du THATCamp Paris 2010.

Voici quelques notes, fruit de mon point de vue de jeune docteur en sociologie. J’emprunte librement non seulement aux animateurs et animatrices des ateliers, mais aussi aux questions, remarques et critiques des participant-es. Le statut de ce qui suit est donc ambigu : si ce propos collectif est remis en forme par mes soins, nombre de formules et la quasi totalité des arguments ne sont pas de moi. Un grand merci à l’ensemble des personnes qui ont participé à ces deux journées…

Le chercheur et la diffusion de ses sources1

Le premier atelier auquel j’ai assisté soulevait le problème du partage des données textuelles et non textuelles de la recherche. La norme, en sciences humaines et sociales françaises, est plutôt l’opacité totale. Il faut croire les chercheurs sur parole, avoir foi en leur terrain : les contraintes éditoriales traditionnelles n’offrent le plus souvent qu’un accès illustratif aux sources qui étayent les analyses. On trouvera donc un extrait d’entretien ici, un compte-rendu d’observation directe là, ou encore quelques remarques sur la base de données à partir de laquelle différentes analyses quantitatives se déploient. C’est un problème de fond pour le fonctionnement théorique d’une discussion scientifique collective de la recherche, mais on a appris à faire avec.

Or le numérique transforme les fameuses « contraintes éditoriales ». Et si l’on envisageait désormais la diffusion des sources de nos recherches ? Les obstacles techniques, désormais, sont faibles. Il reste évidemment la question des coûts de numérisation, de conservation, de diffusion, le tout dans une optique qui tienne compte de la vulnérabilité des données numériques aux pannes et à l’évolution technologique. Mais derrière les obstacles techniques pointe l’ampleur politique du problème.

  • Problème politique du droit : la numérisation des sources ne se pose pas de la même façon lorsqu’il est question d’un corpus de testaments du Moyen-Âge et de carnets d’enquête ethnographique dans, par exemple, les milieux contemporains du rap professionnel en région parisienne. On rencontre évidemment les questions de respect de la vie privée, de droit à la propriété intellectuelle, mais aussi plus prosaïquement les questions de droit privé, nombre de sources pouvant être des documents commerciaux, en histoire ou sociologie de la culture par exemple. Plus simplement, nombre de recherches ne seraient pas pensables sans certaines formes de confiance et de confidence de la part des enquêtés, une confiance qui, dans une certaine mesure, lie le chercheur.

  • Problème politique du métier de chercheur : s’il est question d’ajouter au travail de recherche proprement dit le travail de production et de diffusion des sources, il va falloir revoir à la hausse la durée des thèses. De plus, ne risque-t-on pas de s’acheminer vers des trajectoires de chercheurs dont l’unique contact professionnel avec la réalité sociale sera médiatisé par des corpus numérisés et formalisés ? Au-delà, s’agit-il de produire (ou de renforcer) une division du travail entre les « petites mains qui collectent » et les « grands esprits qui pensent » ? Le précédant de l’enquête de Plozevet illustre le fait que la question, remise au goût du jour par le numérique, n’est en rien nouvelle.

  • Problème politique de la science : il existe un risque de stérilisation collective de la recherche si les exigences imposées pour partager les sources de l’enquête sont trop lourdes. Dans une certaine mesure, chaque chercheur élabore un idiome propre à mesure qu’il avance dans son travail d’enquête. À une autre échelle, on peut se demander si les catégories qui président à la constitution des sources – si rationalisées soient-elles – seront encore d’un quelconque intérêt vingt ans plus tard. Les sciences sociales connaissent des déplacements importants de leurs questionnements dans un temps relativement court, et l’ idéal de cumulativité est peut-être trompeur.

De ces quelques remarques, il apparaît que l’accès numérique aux sources de la recherche ne peut se faire sans un certain nombre de précautions. Parmi les pistes avancées dans l’atelier, on peut mentionner la logique des barrières mobiles (un certain nombre de sources ne deviennent publiques qu’après un délai qui peut être défini en fonction de la nature des documents concernés), l’explicitation de ce que l’on entend par « rendre public » des sources (grand public ? public des chercheurs de profession et de goût ? public plus restreint encore, via autorisation institutionnelle ?) et la réflexion sur les espaces de diffusion que cette explicitation doit accompagner.

En somme, c’est tout un ensemble de médiations (et de nouveaux médiateurs ?) qu’il s’agit d’imaginer. En la matière, des normes « éthiques » contraignantes pourraient avoir un effet d’auto-censure de la recherche plutôt que d’ouverture des données. L’idée est aussi de ne pas attendre qu’un consensus introuvable prenne forme, mais de favoriser et faciliter le développement de pratiques pionnières en la matière.

Les archives de chercheurs : classification, archivage et dissémination2

Dans la continuité de l’atelier précédent, ce nouvel atelier a notamment souligné l’enjeu des standards de méta-données, autrement dit, ces données servant à définir ou décrire d’autre données3. En l’occurrence, la manière dont les documents accumulés dans le cadre d’activités de recherche sont ou vont être décrits, et la compatibilité de ces différentes manières de faire les unes avec les autres appellent une attention particulière de la communauté scientifique. Elle  conditionne en effet directement la possibilité de  diffusion des connaissances, et suppose un effort de réflexion et de pédagogie collectives important. Parmi les pistes fortement soutenues dans le cadre de cet atelier, on peut noter l’appel à s’appuyer sur les communautés d’utilisateurs déjà existantes. Celles-ci ont leurs propres formats, leurs propres méta-données, et il faut partir de ces communautés plutôt que de tenter d’élaborer des classements de l’extérieur.

Au détour de l’atelier, je découvre l’existence du projet data.gov.uk, site d’accès aux données publiques britanniques. Parmi les principes défendus par le projet, on trouve l’argument suivant : « using open standards, open source and open data: these are the core elements of a modular, sustainable system ».

Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique4

Au travers de leurs expériences autour du projet Patrons de France, Francesco Beretta et Pierre Vernus proposent de réfléchir au rôle de la modélisation des données dans la constitution de bases d’informations historiques. Faute de prendre suffisamment la mesure de cette question, un grand nombre d’entreprises de collectes de données ne sont et ne peuvent être qu’imparfaitement exploitées.

Lors des premiers pas de ce qui allait devenir un Système modulaire de gestion de l’information historique (SyMoGIH), l’équipe n’a pas prêté attention au problème de la modélisation des données. Ce n’est que dans un deuxième temps après s’être tourné vers des informaticiens, que la prise en compte des formalismes de structuration de base de données a redéfini l’ambition du projet. La difficulté étant de formaliser plusieurs sources, le projet conduit à poser la question suivante, en toute généralité : qu’est-ce qu’une information historique ? comment la décrire ?

Ce type d’entreprises soulève la question de l’organisation collective qui la sous-tend5. Y a-t-il des règles dans les usages de la base conditionnant son usage au fait de participer à l’enrichissement des données ? En l’occurrence non, puisque la base est disponible en ligne à quiconque souhaite l’interroger. Du coup, quelles sont les rétributions (symboliques ou non) associées à l’enrichissement de la base, si ce n’est le goût du travail bien fait ?

Enseignement supérieur et digital humanities6

L’atelier s’ouvre sur le constat d’une absence  d’apprentissage du numérique aux étudiants, à part via des individus isolés. Les chercheurs reproduisent leur propre formation, qui s’est déroulée avant l’irruption du numérique dans les usages quotidiens de la recherche. Au mieux, les étudiants reçoivent une initiation à une suite bureautique type Office et à l’usage sommaire d’un moteur de recherche. Les étudiants, quant à eux, ont une culture du numérique liée aux loisirs, en rupture avec la vie universitaire qui est liée au papier.

D’où la proposition suivante : plutôt que de dire « technologie = apprentissage technique », parier que l’essentiel doit passer par l’auto-formation. Quels sont les apprentissages des pratiques numériques nécessaires ?

  • Les méthodologies et pratiques liées à l’environnement numérique en réseau ;
  • les connaissances utiles pour construire une profondeur de champ : histoire des supports de mémorisation et d’inscription, propriété des documents numériques, indexation, acteurs du numérique, histoire du web… ;
  • les éléments permettant de nourrir une réflexion critique sur ces questions : enjeux juridiques, économiques, identité numérique, public / privé, responsabilité éditoriale, transformation de la culture universitaire…

Quel rôle peut jouer la pratique de la culture numérique dans le parcours des étudiants ? Jusqu’à quel point les digital humanities permettent-elles de franchir les barrières disciplinaires ?

L’un des participants présente son expérience d’enseignant, marquée par la difficulté à convaincre certains étudiants de l’importance de la source numérique. En sixième semestre de licence, il a été le premier à parler de numérique, et des conditions de citabilité de documents numériques.

Des discussions émerge le constat que l’absence de formation sérieuse à la recherche documentaire chez les étudiants et les chercheurs est bien antérieure à l’avènement du web. De ce point de vue, on reste dans la continuité d’une connaissance et d’un usage des procédures d’interrogation sommaires.

Un autre problème réside dans la forme du cursus et de la progression. Un étudiant de licence et de master, ce n’est pas la même chose, et ils n’ont pas besoin de connaître la même chose. Quel est l’enjeu ? Faire des digital humanists ? savoir citer ? donner une formation particulière originale associant connaissance des humanités, des techniques et des savoirs ? D’où aussi le problème tactique suivant :  les digital humanities doivent elles s’enseigner comme une discipline de techniques documentaires à part, ou être intégrées aux autres enseignements ? À l’inverse, ne serait-il pas temps de mettre des sciences humaines dans le numérique ?

La question des pratiques pédagogiques permettant une formation au numérique indique un retour à l’informatique par le web, alors qu’avant on y était par le code. Dans une certaine mesure, on retrouve des enjeux qui avaient émergé dans les années 19707, mais que la veille technologique de la génération 1970-80 a manqué. On constate par exemple un trou de 1988 à 1998 dans les publications sur le numérique et l’informatique. Du coup, c’est une nouvelle génération qui est revenue après un silence de dix ans.

Le chercheur doit être capable de discuter avec l’ingénieur, sans se substituer à lui, mais de comprendre ses enjeux. On touche là à l’opposition traditionnelle entre le technicien (qui « applique ») et le chercheur (qui « pense »), avec le mépris qui lui est associée. Faire un programme n’est pas un travail reconnu. Alors que c’est une écriture, c’est une pensée. Au XXe siècle, il faut savoir mobiliser toutes les textualités, dont les textualités digitales, le code, comme l’humaniste du XVIe siècle savait mobiliser l’ensemble des textualités de son époque.

  1. Cet atelier était animé par Marin Dacos. On en trouvera un compte-rendu synthétique réalisé par Pierre Mounier sur le site du THATCamp Paris 2010 []
  2. Atelier animé par Ghislain Sillaume []
  3. Définition proposée par wikipedia []
  4. Atelier animé par Francesco Beretta et Pierre Vernus []
  5. À propos de la base Patrons de France, on rapporte l’anecdote suivante : un professeur à qui le projet était présenté aurait réagit en répondant : « ça ne m’intéresse pas, mais voyez avec mon étudiant ». []
  6. Atelier animé par Corinne Welger-Barboza []
  7. Cf. la tribune d’Emmanuel Le Roy Ladurie dans le Nouvel Observateur, en 1968 : « La fin des érudits. L’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas » []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , ,

Posté dans : Méthodes, archives, En pratique, écrire, En pratique, lire

Un commentaire pour “ Parcours subjectif dans les enjeux des digital humanities ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Bibliothèques UBO, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Parcours subjectif dans les enjeux des digital humanities http://bit.ly/cdwbsE [...]

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche