Numérique et précaires de l’euhèssaire

Il y a beaucoup de motifs qui peuvent inciter à ouvrir un blog « scientifique ». En ce qui me concerne, j’ai commencé à réaliser ce carnet de recherche pour deux raisons principales. La première était une tentative de diffusion des enquêtes que j’ai initiée il y a bientôt dix ans. Ce que je voulais et ce que je veux toujours, c’est moins rendre public des « résultats » (encore qu’il y en a bien quelques uns que je compte partager !),  que proposer un regard original sur le genre musical rap. La seconde était une tentative d’écriture liée à mes recherches sensiblement différente de celles que j’avais privilégié jusqu’alors : plus directe, un peu plus personnelle peut-être, et dans des formes beaucoup plus brèves. Des billets, pas des articles, des chapitres ou… des thèses.

Pourquoi ces remarques ? Parce qu’à l’intersection des deux objectifs, l’ouverture d’un carnet projette également une partie de l’activité de recherche dans un espace public numérique. Ce carnet devient ainsi une vitrine, dont il est difficile de définir et de mesurer le rôle. Sur le plan professionnel, quoi qu’il en soit, cette vitrine présente en public le portrait d’un « jeune » docteur. Elle constitue nécessairement une mise en scène de ses recherches, une mise en scène de soi comme chercheur. Je tends donc aussi à penser ce lieu comme un « auto-radar ». Or dans la composition de cet auto-radar, je ne peux pas faire abstraction de mon statut de « non permanent de l’ESR1 ».

Les pratiques numériques rassemblent un grand nombre d’outils dont de plus en plus de chercheurs se saisissent depuis dix ans. Ces pratiques recomposent ce qu’est la recherche, et risquent fort de la recomposer plus encore dans les années à venir. Blogging « scientifique »2, dépôts d’articles en open access comme HAL-SHS, veille Internet via Delicious.com ou bibliographique avec Zotero.org, wikis, réseaux sociaux type Facebook3 ou Twitter, peut-être bientôt archives ouvertes pour les sources et les matériaux de l’enquête. Les réflexions sur ces outils et leurs impacts sur le monde de l’enseignement supérieur et la recherche ne manquent pas, mais elles sont peu nombreuses à prendre directement en compte l’opposition entre les précaires et les fonctionnaires de la recherche. En fait, cette fracture semble largement invisible, comme si le numérique et la recherche étaient un enjeu uniquement pour les titulaires.

À l’occasion du THATCamp Paris, on devrait pouvoir en apprendre plus sur cette question, et sur pas mal d’autres, liées aux digital humanities4. Cette manifestation se présente comme une « non-conférence » pour mieux insister sur un dispositif visant à faciliter une réflexion collective et collaborative. En fait, la « non-conférence » a déjà commencé, via le carnet de recherche dédié et surtout par l’intermédiaire d’un wiki auquel peuvent participer tous ceux qui le souhaitent.

L’un des ateliers porte sur les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Pour lancer quelques premières pistes, avant d’y revenir après l’atelier en question, on peut noter que certaines des premières transformations introduites par le numérique ont partie liée avec la limitation (plus que la suppression) de quelques asymétries majeures dans l’information dont disposent les différents « aspirants à la recherche professionnelle ».

Ces asymétries concernent notamment l’accès aux articles scientifiques. Longtemps dépendants des fonds et des abonnements des bibliothèques les plus proches5, les chercheurs ont accès depuis le début des années 2000 à un nombre croissant de revues en ligne. De même pour l’actualité des événements scientifiques, qu’il s’agisse de colloques, de publications ou d’appels à contribution : Fabula, Liens-socio.org ou Calenda offrent une information scientifique croissante sur Internet. Enfin, depuis quelques années, on assiste à moins d’opacité dans les procédures de sélections, par exemple pour les postes d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) ou de maître de conférence6.

Ces évolutions transforment les asymétries, mais ne les font pas disparaître. Les techniques et les moyens pour exploiter certaines ressources numériques deviennent de nouveaux enjeux. Qui  connaît les portails de revues scientifiques7, les moteurs de recherches scientifiques, et comment contrôler les recherches qu’ils permettent ? Qui appartient à une institution qui bénéficie de l’accès aux contenus payants de Cairn ou Jstor ? Au sein d’une telle institution, quels sont les doctorants qui savent qu’ils peuvent y avoir accès ? Qui est en mesure de maintenir une veille Internet efficace sans que l’activité devienne dangereusement chronophage ? De quels outils et de quelles ressources dispose-t-on pour progresser sur l’ensemble des ces pratiques ?

Encore n’est-on là que sur l’un des versants de l’activité scientifique, celui de la production de la recherche. Un autre versant est celui de sa diffusion vers des sphères plus ou moins larges. À quelles conditions peut-on faire du web un espace de collaborations scientifiques effectives ? Où peut-on publier et où doit-on publier ? Une revue électronique, est-ce une revue au rabais aux yeux d’une commission de qualification du CNU ou d’un jury de concours de maître de conférence ? Comment assurer le référencement de ses publications ? Quelles sont les conséquences possibles de la publication électronique de textes non publiés ou de documents de recherche  ?

J’arrête ici l’égrainage de questions… pour l’instant.

  1. l’enseignement supérieur et la recherche []
  2. comme la plateforme Hypotheses.org, mais aussi Contexts, Scienceblog… []
  3. voir à ce sujet l’article de Olivier Ertzscheid intitulé « Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants »… []
  4. « les Digital Humanities concernent peu ou prou l’ensemble du processus de la recherche en lettres, sciences humaines et sciences sociales, dès lors que ce dernier est touché dans ses fondements mêmes par le numérique » expliquent les initiateurs de la manifestation []
  5. malgré le prêt inter-bibliothèque… []
  6. grâce à des associations telles que la guilde des jeunes chercheurs ou l’ANCMSP, ou à des initiatives plus individuelles mais néanmoins rapidement collaboratives, comme le wiki de B. Coulmont, puis M. Hély pour la sociologie []
  7. Revues.org, Persée, Érudit… []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 réflexions sur “ Numérique et précaires de l’euhèssaire ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">